Passer pro : Live the Dream vs Job2stars (part 2)

C’est donc aujourd’hui que de 21 candidats, on passe à 10. Dix élu(e)s qui auront la chance de pouvoir parcourir le monde et de participer à quelques uns des plus beaux tournois de poker au monde.

Et si hier les jurys n’avaient pas leur mot à dire – leur marge de manœuvre aura été de rajouter un joueur à la liste des 20 sélectionnés d’office en fonction de leur note -, ils ont les pleins pouvoir pour cette deuxième journée.

En effet, la seule épreuve du jour est un entretien de 20 minutes, suivi par une note prenant en compte les résultats de la veille (à 20%) et de nombreux autres critères comme la personnalité, l’élocution, la connaissance du site, les résultats et le niveau général au poker. Et, pour ce faire, les jurés ciblent leurs questions en fonction du candidat. Par exemple : Ce dernier est très fort en cash game ? On lui demandera comment il pense adapter son jeu aux tournois et quelles sont les principales différences de jeu à adopter pour passer d’une discipline à l’autre.

Après une journée d’entretiens, la cérémonie débute en musique et en show lumière façon Vegas. Tout est fait pour que la décision soit rendue grandiose et que les candidats comprennent le poids des responsabilités qui leur incombe désormais. Parce que l’édition de 2008 n’avait pas été un grand succès. Sur les 3 français (donc 300 000$ de buy-in), seul Otto Richard avait fait un petit cash lors d’un Event des WSOP.

Et il est hors de question que ça se reproduise cette année. Il va falloir que les candidats sélectionnés soient à la hauteur de leur contrat. Fabrice Soulier semble confiant quant à la sélection française : « Les trois français retenus ont, en plus d’être des personnes intéressantes, un très bon niveau au poker. Ca devrait bien se passer pour eux. De façon générale, le jury est très content de la selection. On a vraiment une équipe qui a de la gueule ».

Voici donc le résultat des délibérations du jury :

1. Léonard Truche – France
2. Julien Claudepierre – France
3. Fabien Perrot – France
4. Viktoria Szilasi – Hongrie
5. Tobias Wagner – Allemagne
6. Thomas Froslev – Danemark
7. Ronnie Pickard – Allemagne
8. Javier Martinez – Espagne
9. Koen de Bakker – Pays Bas
10. Sigurd Eskeland – Norvège

Pour conclure sur le sujet, je dirais qu’il n’y a pas de bonnes façons de faire un tri quand on crée une opération de type Job2stars ou Live The Dream. Il y aura toujours une déception au bout et, parfois, une bonne surprise. L’essentiel est de toute façon de faire rêver et de donner à des amateurs une chance de pouvoir faire leurs preuves.

Mais je crois qu’une excellente façon de le faire serait de spliter les vainqueurs en deux catégories : cinq joueurs qui seraient sélectionnés d’office selon leurs résultats online/live puis qui seraient castés en fonction de leur personnalité et leur attitude générale ainsi que cinq autres qui auraient la possibilité d’être « élus » lors d’une journée de sélection comme celle de J2S ou LTD, c’est à dire après quelques petits tournois rapides (laissant ainsi une grosse part à la chance) et un entretien.

Ainsi, je crois, tout le monde serait content. Parce que le résultat serait plus juste. Évidemment, on est toujours face au cas du mec qui joue très bien et beaucoup mais qui se révèle incapable de parler devant une caméra ou qui souffre d’une personnalité faible, voire invisible. Mais là, à moins d’avoir des résultats vraiment géniaux, il est impossible pour le jury de faire une concession. Car il ne faut pas oublier que les sites recherchent des ambassadeurs.

En même temps, autant qu’un bon poker est le fruit d’un entrainement intensif et régulier, il existe de nombreuses façon de booster son look et son attitude : cours de théatre, préparation des interviews devant un miroir (car de nombreux candidats n’avaient par exemple pas préparé leur interview. Certains d’entre eux, lors de Live The Dream, racontaient qu’ils adoraient jouer sur PS et qu’ils ne connaissaient pas vraiment Everest en dehors des sat’ pour LTD) ou encore s’entrainer à parler tête haute et non pas en regardant ses chaussettes. Même les politiques les plus puissants ont des coachs qui leur apprennent à parler en public et à dégager quelque chose. C’est une technique qui n’est que rarement innée : elle demande de l’entrainement et de la préparation.

Quoiqu’il en soit, de mon côté, je vais tenter de me qualifier pour la prochaine édition de Live The Dream. Ou alors Job2stars 2 si jamais ça existe. Car qu’importe les moyens, pourvu qu’on ait le bankroll ! En effet, ce n’est pas tous les jours que l’on a une chance d’être sponso. Et puis c’est ça ou gagner un WPT (quoique pour une femme, il suffise de faire deux ou trois résultats dans de beaux events). Donc bon… Vivement l’an prochain que je tente la chose ! (et que je vous fasse un compte-rendu en fin de journée toute énervée en pestant une fois de plus sur la part de chance trop importante qu’il faut avoir pour aller jusqu’au bout. M’en fous, moi, de toute façon, toute ma vie j’ai eu de la chance. Pas au poker, mais partout ailleurs. C’est l’essentiel non ? 🙂 )

Un merci tout particulier en tout cas à toute l’équipe d’Everest, qui m’a épatée par son professionnalisme et, surtout, par sa gentillesse et sa disponibilité. Ca m’a vraiment donné envie de faire partie, moi aussi, de la Team !

Pour finir, un grand big up aux 10 joueurs qualifiés ; nous suivrons leurs résultats de près. Que la réussite soit avec eux et qu’ils transforment la chance qui leur est donnée en beaux résultats ! (et qu’il en soit évidemment de même pour le vainqueur de l’opération Job2stars ; mais ça, c’est une autre histoire que nous suivrons de près d’ici quelques jours à Deauville)

UPDATE : J’avais préparé cet article avant la remise de prix. Sans les noms, bien sûr. Et puis il y a eu la cérémonie, avec le suspense, la musique et tout le tralala. Bilan : la seule chose qui compte vraiment dans tout ça, la seule chose que je retiendrais, c’est ça :


Ben voui. Les membres d’Everest ont pleuré. Les membres du jury ont pleuré (oui, même Fab et Antoine -punaise, en disant ça, je m’expose à de graves représailles-). Les joueurs sélectionnées ont pleuré. Et j’ai pleuré aussi (un tout petit peu, on s’entend, et pis en fait, c’était parce que j’étais allergique à un truc dans l’air).

En fait, c’est con mais voir le rêve de certains se réaliser, ben qu’importe tout le reste, la vérité, c’est que ça n’a tout simplement pas de prix. (Snif)

Advertisements

5 Réponses to “Passer pro : Live the Dream vs Job2stars (part 2)”

  1. Kof Says:

    Quoi ? Tu n’es pas encore sponso ? Mais que font les rooms de poker ???
    GL pour l’année prochaine alors.

  2. D8 Says:

    Et je peux te dire que Julien Brecard avait bien pleuré aussi il y a deux ans!

  3. aldanjah Says:

    c’est vrai qu’un tel contrat de sponsoring, c’est le rêve d’une vie.. ça mérite bien quelques larmes 🙂

  4. Leoledingo Says:

    Très bel article !!! 😉 😉 😉

  5. ezeki4l Says:

    +1 pour la dernière phrase de l’article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :