Les 7 mensonges les plus entendus aux tables de poker

On le sait. Si dans la vraie vie les joueurs de poker sont souvent des personnes avec un grand sens de l’honneur, à la table, ce n’est pas la même : la guerre pousse au mensonge, pour des raisons de diplomatie, de calcul ou de manipulation. Voici les sept phrases fourbes les plus communément entendues entre deux mains :

1. « Nice hand ! » (au joueur short stack qui vient de doubler à la bulle en remportant son coin flip). Pourquoi ? Parce qu’on a papoté avec lui tout du long de la partie en échangeant des avis sur des mains ou autres « Tu viens d’où ? ». On ne va quand même pas se réjouir ostensiblement de l’élimination de notre nouveau meilleur pote, si ?

2. « Bonne chance ! » Voici une phrase polie que l’on ne pense jamais mais que l’on échange tous dès le « shuffle up and deal ». Pourquoi ? Parce que si l’on disait vraiment ce que l’on pense, ça donnerait : « J’espère que je vais vous prendre tous vos jetons, vous infliger les pire bad beat et vous éliminer les uns après les autres. » Pas très bonne ambiance, vous en conviendrez. Mais c’est vrai aussi que parfois, à la table, y’a quelqu’un on aime bien ; disons que ça peut aussi arriver de le penser.

3. « Bien joué ! » (au joueur qui nous a payé tout du long avec son tirage ventral et qui vient de pulvériser notre brelan max floppé). Pourquoi ? Parce qu’on espère qu’il va continuer à jouer comme ça tout du long de la partie afin de pouvoir rapidement lui reprendre tout ce qu’il nous a volé (sauf que généralement, il perd contre toute la table sauf nous ; et ce jusqu’au bout, quand il nous élimine, et qu’il redistribue ensuite tous nos jetons généreusement à tous ses voisins)

Rooo, décidemment, ces joueurs de poker...

4. « Nice fold » Phrase sortie à l’adversaire qui vient de jeter ses cartes et qui suit souvent un bluff réussi. Pourquoi ? Parce qu’on veut être surs que tout le monde ait bien compris : on ne mise/relance que quand on a les nuts.

5. « Je te les rends demain ». Phrase parfois entendue lors de l’inscription à un tournoi ou lors d’une partie dans laquelle le fourbe a les poches vides. Pourquoi ? Parce que si, comme dit précédemment, le sens de l’honneur est très fort chez la grande majorité des joueurs (qui peuvent se prêter des sommes à 6 chiffres juste sur la parole), il arrive parfois aussi que certaines – rares – personnes aient un sens de la fierté et du respect tout à fait négligeable…

6. « Non, je bosse demain ». Phrase souvent prononcée par un joueur qui se lève de table. Pourquoi ? Parce qu’il préfèrerait mourir que d’avouer qu’il rentre parce qu’il n’a pas envie que sa femme lui gueule dessus. Ou parce qu’il vient de gagner un pot énorme. Ou alors parce que ses poches sont aussi vides que la boite crânienne de Paris Hilton.

7. « J’ai un full ! ». Vieille ruse qui peut parfois être entendue à l’abattage contre un joueur débutant. Pourquoi ? Parce que le filou, annonçant sa main avant de montrer ses cartes, espère que l’inexpérimenté mucke sa quinte, le faisant ainsi remporter le pot avec deux paires.

Et vous, vous mentez parfois ? Moi, jamais. Ok, parfois. Surtout pour le numéro 1 (sauf si, évidemment, c’est un vrai pote).

Advertisements

8 Réponses to “Les 7 mensonges les plus entendus aux tables de poker”

  1. eiffel Says:

    le 1 et 3, sans hésitation ! 😀

    le 5, jamais plutôt mourir que de manquer à ma parole… (de toute façon, je ne joue jamais de l’argent que je n’ai pas)

  2. Fred D Says:

    J’ai jamais osé le 7… mais j’y ai svt pensé bien fort 😉

  3. aldanjah Says:

    6. « Non, je bosse demain ».
    aussi utilisé pour légitimer le départ d’un table de cash game où la chance est en train de tourner 🙂

    nice post en tout cas 🙂

  4. FMontmirel Says:

    Il arrive souvent qu’un joueur qui vient de perdre un gros coup parce qu’un adv l’a payé sans la cote l’insulte en retour.

    Je préfère mentir et dire « bien joué ». Parce que cela l’encouragera à recommencer la prochaine fois, donc à commettre une fois de plus l’erreur. Un joueur qui accumule des jetons malgré les erreurs de cote qu’il commet ne peut que rendre ses jetons à brève échéance.

    Bravo pour ce post original et drole !

  5. ezeki4l Says:

    le 7.
    C’est même un concept très développé ici, en Suisse, on appelle ça la « muck equity »!

  6. Papa Lova Says:

    Très adepte du 4. ou une variante qui consiste à acquiescer lorsque le mec te met sur une main « t’avais brelan hein ? » « yep j’ai touché… » alors que t’étais sur un gros bluff lol

  7. Steven Says:

    Tres sympa ce post ! Perso j’aime bien les 4 premieres ! Meme si parfois c’est sincere !

  8. motocycle13 Says:

    Tout est dit, et en plus tout est vrai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :