ITM dans le Deepstack du Venitian !

C’est sûr, je vous l’accorde, ça sonne bien comme ça… Mais en fait, je ne suis repartie qu’avec 660$ en poche pour ma 37e place (sur 423) dans ce NLHE à 350$. Pour 12h de boulot acharnée, c’est pas très bien payé tout ça…

Quoiqu’il en soit, et même si j’ai sauté juste avant « l’énorme » jump à 747$, je suis quand même très contente de ma journée. Car j’ai vraiment cru que je n’arriverais jamais jusque dans l’argent.

L'extérieur du Venitian la nuit : c'est presque encore plus beau que l'original...

En clair, je commence ma journée en montant direct à plus du double de la moyenne. Le set up juteux ? Ma table est très agressive preflop, vas-y que je te tribette et te 4-bet, donc qu’est-ce que je fais moi quand j’ouvre les As en début de parole ? Ben je limpe… Histoire de payer mourante et de check-raiser peinard au flop : standard. La bonne blague, c’est que je suis payé par un autre joueur et les blinds sans aucune relance. C’est la premier coup pas relancé de la journée. Mais je n’ai même pas le temps de m’en vouloir que le flop tombe A 4 4. On checke. Je checke à nouveau la brique du turn, mise, payé deux fois et sur la river, un J, la SB ouvre les enchères, je relance et il me paie avec ce qu’il dira être K-4. Quelle chance ces set-up !

Ce coup me met en forme et me permet de gratter d’autres jetons à droite à gauche avant que ma table ne casse. Et là, moment béni d’entre tous les moment bénis : je m’installe, salue mes nouveaux voisins et me sens immédiatement bien. J’aime la lumière de la table, l’angle avec laquelle elle est agencée dans la pièce, ma position à table, mon voisin, un gros black à capuche qui joue super bien – comme en témoignent les deux grosses bagouzes qu’il a remportées sur les events du circuit WSOP – et l’ambiance générale entre les joueurs et le croupier, super sympa.

Je passe donc de 28 000 à 90 000 en trois heures, en gagnant la quasi-totalité des coups dans lesquels je suis impliquée. Quand je relance, 3-bet ou check/raise avec pas grand chose, ils passent. Quand j’ai du jeu, ils paient. Un timing parfait ! Je remporte plein de petits coups, fait la misère à mon voisin black à capuche (je sais pas pourquoi d’ailleurs, mais quand j’entre dans un coup contre lui, je sens que je vais le gagner) et finit en apothéose : je relance avec KK pour entendre raise/tapis en face chez deux short stacks. Ils ont paire de 7 et paire de valets et l’horreur n’arrive pas. Le pied !

Sauf que tout a une fin. Ma table adorée casse et quand je découvre ma nouvelle, je sais que ma période bénie est finie. Je n’y aime rien. Ni les joueurs – dont une femme qui me fixe bizarrement -, ni ma place ni rien. L’énergie a changé : je viens de perdre mes super pouvoirs.

Ils ont tout copié sur Paris. Même les danseuses façon Moulin Rouge !

Comme souvent en m’asseyant à une nouvelle table, je laisse passer quelques mains moyennes, histoire de voir où j’habite et quelle est la dynamique de la chose. Mon pressentiment était bon : les mains que j’ai jouées ensuite ont toutes perdu. Genre je C-bet sur un flop 4 6 7 tricolore avec A-J, payé. Turn : J. J’envoie, payé. River : un troisième pique (qui me sauve). Je passe sur sa mise et il me retourne 5/8 pour la quinte floppée.

Tout à été comme ça. Paire de 9 et A K 4 au flop. Énorme coup où je floppe tirage couleur max et deux overs  contre deux joueurs et rien qui entre. Des relances en début de parole avec A-J et tapis chez le joueur le plus tight de la table. Bref, le cauchemar. Rien qui ne va. Rien qui marche. Un timing mauvais qui me fait chuter sans fin alors qu’on approche de l’argent.

Nous sommes 80 pour 45 places payées. J’ai 27k et les blinds sont de 1 000/2 000, ante 200. Stress. Je vais gagner un peu d’air en doublant avec les dames contre les 10 et puis, tout au long de la bulle, je vais me battre avec 50 000, (moyenne 120 000), volant occasionnellement les blinds pour survivre et maintenir la tête hors de l’eau.

Finalement la bulle va passer assez vite (encore merci au joueur qui s’est réveillé avec les As dans les blinds face au short stack avec les 10 au bouton) et je vais sauter avec un M de 5 après avoir poussé avec A-10 (ma meilleure main depuis 2h) pour être payée par paire de 10. C’est la vie !

La meilleure préparation au combat : la glandouille au soleil face au désert des Mojaves

En tout cas, j’ai bien aimé ce tournoi. Même s’il n’est pas vraiment Deepstack puisqu’il faut tout de même éliminer 400 joueurs en une journée. La structure est très correcte pour un 350$ : départ 12 000 jetons, blinds 25/50 (mais avec quelques gros jumps ; ainsi, le 150/300 manque cruellement) et niveaux de 40 minutes. Même si l’organisation est un peu débordée par le nombre de tournois organisés en même temps, faisant que pour commander de la nourriture il faille plus d’une heure ou que les breaks soient parfois anarchiques (pour synchroniser).

Mais au final, c’est une très belle expérience et une nouvelle ligne Hendon Mob ! 😀

Advertisements

5 Réponses to “ITM dans le Deepstack du Venitian !”

  1. D8 Says:

    Sympa la photo!
    C’est plus sympa de loger la que dans un des hotels du down town…

  2. Kof Says:

    VGG, décidément, hier c’était ITM pour les Dames, ma femme finit 6ème du tournoi Ladies de Xewod.
    Finalement je stressais bien pour rien tu avais raison !

  3. fred D Says:

    Hé hé GG Claire.
    Ca donne envie Végas hors saison.

  4. Rincevent Says:

    Je confirme D8 pour les motels du down town 😦

  5. Gr1nDeR Says:

    Belles photos, surtout la dernière.
    GG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :