Le poker nuit-il à la créativité ?

Réponse sans ambiguïté possible : oui.

En arrivant dans le monde du poker, c’est d’ailleurs une chose qui m’avait frappée : les joueurs de poker parlent de poker. Très très souvent. Cela s’explique pour certains d’entre eux, geeks du online ou cash gameurs habitués des cercles parisiens – par exemple -, qui ne vivent que par et pour le poker. C’est leur métier et tout à chacun aura toujours tendance à mettre son occupation principale en premier sujet de conversation. De plus, j’évolue en permanence sur le circuit pro, ce qui fait que mon cadre de travail est toujours entouré par le poker. Entre deux tournois, dès que je m’éloigne du milieu, c’est plus vraiment la même (mais du coup, je suis en vacances méritées et mon cerveau se la coule douce ; plus la force, après une période de tournoi passée à travailler pour MIP ou en temps que joueuse, de faire autre chose que bouquiner ou glandouiller quelques jours).

Le problème est que les sensations liées au jeu sont tellement fortes qu’il est difficile de ne pas les faire partager à son voisin : quand on joue, on y pense tout le temps, ça prend tout notre monde et un bad beat devient le centre de toutes préoccupations (« Mais qu’est ce que tu me parles d’aller chercher le pain, je te dis que je viens de perdre les As contre AK ! »). Et je ne parle même pas de la partie dangereusement chronophage de la chose.

Et qui dit grosse place prise dans le cerveau dit lobes peu à peu rongés par le poker : la place laissée aux autres sujets rétrécit peu à peu. Les techniques de raisonnements se calquent peu à peu sur le jeu : « Punaise, j’avais une chance sur deux de choisir la bonne caisse et il faut que je tombe sur la mamie qui trouve plus son chéquier, perdu un flip moi » et le champ de vision et d’intérêt se réduit peu à peu.

Dur de s’intéresser à autre chose quand on a une passion aussi palpitante – surtout pour les gros joueurs online qui ont leur activité à domicile dispo 24/24 et 7/7). Dur d’ouvrir un livre. Dur d’aller au cinéma. Dur de se motiver pour créer un business à côté. Et surtout, dur de créer.

Et là, j’en viens à un sujet plus perso.

Avant de travailler dans le milieu, j’écrivais beaucoup (d’ailleurs, filez voir « Je vous aime très beaucoup » toujours en salle cette semaine !). Aujourd’hui, j’écris toujours autant, voire même plus, mais ce n’est plus que rarement directement issu de mon imagination. Pour être honnête, j’ai l’impression d’avoir le cerveau qui a fondu d’un côté (l’imaginaire) et qui a grossit de l’autre (le poker). Et croyez-moi, je suis pas sûre d’avoir gagné au change…

Vous me direz « Écrits un scénario sur le poker ! » Mais ça reste plus facile à dire qu’à faire. Les personnages ne bougent plus tout seuls devant mes yeux, ils ne parlent plus non plus ; il faudrait que je relance la machine. Probablement en partant quelques semaines loin de cette agitation folle propre au milieu.

Je crois qu’il est très important d’avoir d’autres horizons quand on est joueur, histoire justement d’avoir d’autres centres d’intérêts et de garder un champ de vision large et sans œillères. Et des envies différentes.

Déjà parce que, on ne le répètera jamais assez, vivre uniquement en tant que joueur présage une vie difficile. Et sans sponsor, je parlerais même d’une vie très difficile. Il est donc important de garder une autre activité à côté, qui au-delà de la distraction intellectuelle qu’elle apporte, offre la possibilité de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, aka un semblant de sécurité financière. Avec le bonus « option santé mentale optimisée » en rab.

De nombreux joueurs mettent d’ailleurs cette idée en pratique et gardent, en plus de leur carrière de joueurs, quelques niches à droite et à gauche, véritables oasis loin de bad beats et du stress de la compétition. Et je crois qu’ils ont tout compris.

Je ne lâcherais par exemple jamais le côté journaliste ou blogueuse ; parce que c’est marrant et que j’aime ce côté-là de ma vie. Honnêtement, si je ne faisais que jouer, je serais probablement devenue folle (j’ai un taux d’acceptation des émotions assez bas et un taux de résilience qui l’est encore plus).

Tout ça pour dire que je crois que je vais me remettre à écrire un autre scénario. Ou alors lancer ma marque de parfums (non, je déconne).

Advertisements

19 Réponses to “Le poker nuit-il à la créativité ?”

  1. misterhyde22 Says:

    « Ou alors lancer ma marque de parfums (non, je déconne). »

    Le nom est tout trouvé ! : « Eau de Fish », mais pas sur en effet que ça fasse fureur :p

  2. Rv Says:

    Marrant le dessin, il me fait penser à un autre où on peut visualiser l’intérieur d’un cerveau féminin et d’un cerveau masculin.
    Là, c’est unisexe visiblement…

  3. Sonia Says:

    Mdr, « Nuoc-Mam », une fragrance delicate qui vous chatouillera les narines, par Claire Renaut 🙂

  4. zmasters Says:

    Hum à mon avis t’es déjà un peu folle. (si on me cherche je suis déjà dehors).

    Sinon article intéressant pour le coté chronophage du poker, d’ailleurs je compte en parler un peu dans mon prochain article.

    C’est vraiment un jeu qui bouffe, je me suis même auto-mutilé ce matin de dépit en enchainant bad beat sur bad beat pour des pots énorme à base de quinte max vs brelan qui fait full river quand tout est au milieu au turn obvious. Bref je me contrôle mais c’est dur. 😉

  5. Alex Says:

    Si ça ne nuisait qu’à la créativité!
    Ce n’est pas donné à tout le monde de faire bonne figure, rester sociable agréable et souriant quand on est en plein down.

  6. NicoCP95 Says:

    Encore un superbe article, j’suis fan 😉
    Ça me rappelle tellement mon quotidien le coup du pain.

  7. Carlit Says:

    Amusant, tu as mis la zone « pas poker » au niveau du cervelet, organe primordial dans… l’équilibre. Ton article est de toute façon inclus dans les dossiers addiction et même passion…

  8. Patrick Says:

    en effet le « milieu » du poker est un peu particulier…

    mais les joueurs sont issues d’horizons tellement différents (culture, sociale…) en grattant un peu tu devrais trouver matière pour faire redémarrer ton imagination non ?
    C’est sur que le lien de tout ce petit monde c’est le poker… mais tu ne manques pas d’atouts pour percer la carapace 😉

    j’ai côtoyé le milieu « cultureux » .. de ceux qui courent les cachets… la seule différence c’est l’argent… pour certains ça fait une grosse différences .. c’est sur ! 😦

  9. Ricardoc Says:

    Excellent article !
    😀

    Encore ! 😉

  10. Switch Says:

    très très bon article Claire, même chez ceux qui ne vivent pas par le poker (genre les regs de NL4 comme moi ;)), il envahit notre esprit, je me suis surpris à dire à des collègues dans une réunion très sérieuse « c’est EV+ comme décision »…c’est presque un VDF ça non ?

  11. Dethier Eric Says:

    Voilà ça y est le bluse poker est en toi.

    Quand on commence à ne plus parler ou penser que poker c’est foutu:

    en voici un ou deux exemples savamment choisi. Liste complète à retrouver ici: http://www.belgiumpoker.net/forum/index.php?showtopic=3779&hl=1001

    4. quand j’arrive le matin au carrefour pres du bureau ou je sais que le feu vert dure 1m45 pour 20sec au rouge…et que je dois m’arreter…je me dis « pff deja un 80/20 de perdu today »

    6. Quand je ne peux pas m’empêcher de faire des chips trick avec les pièces de monnaie avant des les donner à la caissière.

    13. Quand je vois une fille en jupe et blouse courtes et que je pense Short Handed

    15. il m’arrive de dire $ au lieu de euro.

    22. Maintenant au lieu de dire « remettre une couche » je dis « check raise »

    38. Que tu vas en vacances dans les souks en Turquie et que tu rigoles en lui demandant : « combien ton tapis  » ?

    61. Quand tu es sur la route et que tu lis une plaque de voiture KKQ887, tu t’écries « double paire kicker Dame »

    67. Quand on va boire qques verres et qu’en fin de soirée à cours d’argent: « pfff je suis broke »

    Bon tu l’auras compris il y en a des miles et des cents.

    Sinon côté scénario, un défis si tu veux mélanger poker et cinéma c’est de faire mieux que les Rounders et le Kid de cincinatti réuni.

  12. D8 Says:

    Excellent Eric! J’aime bien la plaque d’immat!

    Claire attention, tu es en train de passer du coté obscur de la force……

  13. D8 Says:

    Claire, j’ajoute que bientôt tu seras tellement lobotomisée que tu regarderas TF1..
    Secret Story… Si si Claire… Secret Story..
    Le juste Prix Claire… oui.. le juste prix….

    Philippe Risoli : Et mademoiselle, quel est le prix de ce magnifique saladier? »
    Claire Renaut : Euh.. je dirais qu’à 10 euros j’ai la cote pour payer »

  14. Morgan Says:

    Bonjour Claire,

    Voila a mon avis ton meilleur article.
    Si tu as un peu de temps je te conseille « gagnant, portrait d’un parieur pro » de Mayeul Caire, journaliste a Liberation. Il parle, beaucoup de courses, mais son regard sur la « vie » autre que le jeu est assez interessante, un vrai bon livre.

    Morgan

  15. TiTi PoKEr Says:

    Mwaip, c’est justement ce que j’ai connu 4 ou 5 mois après avoir commencé à jouer au poker. JE vivais poker, je mangeais poker, je rêvais poker, je travaillais poker ….

    La solution fut de lever le pied, et de me replonger dans mes autres passions.

    Je n’ai donc plus d’objectif à atteindre, celui auquel je m’étais attelé est déjà presque réalisé (partir en vacances grâce au poker) ce qui sera réalisé avec le CPS. En récoltant tout ce que j’ai gagné sur les différentes rooms, et mes petits sponsors, le b ut sera atteint.

    Plus d’objectif donc, rien que du plaisir.

    MAintenant, c’est vrai que la vie de « pro » fait rêver une moultitude de gens, mais ils ne voient que la brillance, et ne voient jamais les coulisses.

    Moi, je suis bien dans ma petite vie tranquille, mais je ne rêve plus à l’inaccessible.

    Garde donc tes plaisirs ailleurs, comme l’écriture, et vis simplement le rêve qui, tôt ou tard, s’arrêtera.

    GL

  16. TiTi PoKEr Says:

    oups, c’est parti tout seul.

    Je voulais ajouter que le film était un gentil film français, avec pas mal d’humour, écriture superbe et raffinée. Ne perds pas ce don pour les cartes. Ce serait vraiment dommage.

    Le cinéma garde une trace du passage sur terre, le poker, …. pas vraiment …

  17. TiTi PoKEr Says:

    Si j’étais de mauvaise foi, je dirais que j’ai fait cette erreur exprès pour voir si j’étais vreaiment lu. N’étant pas de mauvause foi, je reconnais, oui, je voulais parler du don de l’écriture.

    @ ma décharge, j’écrivis ce commentaire depuis mon lieu de travail, … lorsque le téléphone se mit à crier. Dans l’urgence je ne me suis point relu….

    Il est indéniable que tu possèdes un don certain pour l’écriture (quoique vu tes résultats, pour les cartes aussi ;)…..

    Si tu participes aux cps, oserais-je demander un autographe ??? 🙂 Mystère et goule de bomme

  18. lydsistrata Says:

    ce blog serait il en vacances, en train de se la couler douce grave au Brésil? he he he, repos bien mérité va.Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :