Vegas-Brésil : le choc des titans

En 48 heures, je suis passée de ça :

A ça :

Et de ça :

A ça :

On pourrait aussi ajouter :

. Des palmiers en plastique aux vrais cocotiers sur la plage : AVANTAGE BRESIL

. Des buffets orgiaques aux poissons grillés au barbecue : EX-AEQUO

. Des neons et paillettes au feu de camp : EX-AEQUO

. Des meilleurs DJ au monde en nightclub au concert avec le groupe local de « foro », la musique folklorique du coin, que j’avoue subir plutôt qu’aprécier (je crois qu’à mon top 3 des musiques hardcores pour l’oreille, c’est juste derrière le zouk carabéen et l’opéra chinois) : AVANTAGE VEGAS

. De trottoirs et casinos grouillants de monde à personne dans les rues dès la nuit tombée (dans le village de pêcheur où j’habite ; dans la grande ville pas loin, Fortaleza, c’est pas la même) Les fêtes s’enchainent ici d’une villa à l’autre : EX-AEQUO

. De coyotes qui traversent en silence les rues en marge du Strip aux perroquets hargneux qui poussent des cris stridents quand tu roupilles dans le hamac : AVANTAGE VEGAS

. De journées passées à arpenter les couloirs du Rio à des après-midi passés à bouquiner au bord de la piscine : AVANTAGE BRESIL (et de loin)

. De bruit incessant, de stress et d’agitation dans tous les sens à un calme olympien (limite, si on osait, on dirait que la mer fait trop de bruit quand on fait la sieste) : AVANTAGE BRESIL

. De poker à fond les manettes à plus de poker du tout : AVANTAGE VEGAS (quoique ça fait du bien aussi)

. De 50 degrés à l’extérieur et 17° à l’intérieur à une température légèrement venteuse de 25° : AVANTAGE BRESIL

. D’un sentiment d’avoir fait le tour à une envie de tout visiter de long en large tant l’endroit est beau : AVANTAGE BRESIL

En fait, il est difficile de comparer l’incomparable : j’ai trouvé mon yin et mon yang.

Vegas, c’est la ville du « bling and spew », où il est de bon ton de laisser quand clim’ à donf’ quand on quitte sa chambre, où il semble normal de se prendre un grand bain quotidien au milieu du désert et où chaque jour on jette avec désinvolture de quoi nourrir une famille de 50 personnes pendant deux ans. Et dans le village dans lequel je réside, juste pour donner un exemple (en dehors du fait que l’éclairage public la nuit c’est les phares des voitures), les pêcheurs gardent les vieux frigos rouillés pour les jeter en pleine mer et y attirer les langoustes (il parait que ça marche). De même, le seul restaurant ici, c’est Jorge, qui descend chaque soir de sa barque les filets pleins de sardines et qui les vend à même la jetée après une longue journée passée en mer.

Deux mondes… Rien à voir… Et l’occasion parfaite pour faire le point sur ces quasi-deux mois passés dans le paradis de la sur-consommation et du poker. Je suis revenue de Vegas gagnante (et épuisée) après avoir fait quatre cashes pour un montant total d’environ 13 000$. Mais la blague, c’est que comme beaucoup d’autres joueurs sponsos, si je n’avais pas eu 888Poker derrière moi, mes carottes étaient cuites (en même temps, c’est vrai aussi que je n’aurais jamais participé au Main Event ou au Ante Up).

Il ne faut pas se leurrer : Vegas n’a rien d’un Eldorado. Et si Eldorado il y a, c’est à 100% pour les organisateurs des tournois et les complexes casinos/hôtels. Rares sont les petits heureux qui reviennent à CDG le sourire du winner aux lèvres. Mais paradoxalement, rares aussi sont ceux qui affichent le visage du loser : la plupart des gens que j’ai rencontrés là-bas, joueurs semi-pros ou amateurs, ont prévu leur enveloppe et sont prêts à tout perdre de toute façon… (mais pourvu qu’ils aient eu l’ivresse avant…)

En fait, une écrasante majorité de joueurs pros, si on déduisait leurs buy-ins de leurs gains, seraient dans le rouge au moment des comptes finaux à l’issue des ces championnats du monde. Il faut vraiment faire une belle perf’ pour repartir positif. Surtout quand on prend en compte le Rhino, le Surrender et autres Atelier Robuchon. Parce que venir à Vegas pour gagner un bracelet ok, mais faire le moine à côté, non merci – faut pas pousser, c’est p’tet des championnats du monde, mais des tournois, y’en a quand même tout le temps, c’est pas comme les J.O. où faut attendre 4 ans avant de pouvoir recommencer ! -.

C’est en tout cas avec un plaisir non dissimulé que je vais paisiblement laisser mes batteries se recharger pendant quelques temps avant de remonter en selle fin aout pour le CPS en Croatie, un tournoi super peace, genre transition parfaite entre les vacances et le boulot (c’est drôle, avant de taper ce mot, j’ai longuement hésité, cherché en vain des synonymes ou d’autres mots : aussi fatiguant ce soit, j’ai pas vraiment l’impression de bosser, soyons honnêtes)

Tout ça pour m’excuser de la sporadicité – mais pas l’absence – de mes futurs post aoutiens et pour vous remercier encore de me lire si nombreux : il n’y a pas un commentaire que je ne lis pas alors merci encore ! (et nota, envoyez-moi par mail vos VDF, ça fait super longtemps que je n’en ai pas publié ! Et j’aime toujours autant les lire quand je les reçois !)

11 Réponses to “Vegas-Brésil : le choc des titans”

  1. Ricardoc Says:

    Arf…
    1 mois sans post…
    😦
    Bonnes vacances !
    😉

  2. zmasters Says:

    Bonnes vacances 😉

  3. D8 Says:

    t’en veux une de vie de fish? A la caissière qui m’a rendu la monnaie, plutot que de lui dire merci je lui ai dit Good game!
    J’en revenais pas moi même…
    totalement addict..
    🙂

  4. kingyoann78 Says:

    quelle vie de reve, vegas, brésil tout ce dont je rêve. Profite bien, bonne vacance

  5. zmasters Says:

    D8 il te faut vraiment des vacances à toi aussi ^^ Enorme le coup de la caissière, elle à du croire que t’était barge.

  6. samsonov75 Says:

    Passe de bonnes vacances et au plaisir de te lire à la rentrée

  7. mat Says:

    ca donne envie d’aller en Amsud ton post !
    attention aux coups de soleil

  8. lessims (Shark Fisher) Says:

    Ah les vacances … plus que quelques jours et j’y suis aussi!
    Profites bien

  9. LadyCats13 Says:

    Bonnes vacances… Recharge bien les batteries au son des sifflets brésiliens.
    Au plaisir de te lire à la rentrée.
    Lady.

  10. Mortgage Refinance California Says:

    t’en veux une de vie de fish? A la caissière qui m’a rendu la monnaie, plutot que de lui dire merci je lui ai dit Good game!J’en revenais pas moi même…totalement addict..
    +1

  11. Villemin Nicolas Says:

    Il a coulé tout doux dans ma cervelle cette article ! ca donne envie de belles vacances ..
    Un plaisir d’avoir joué à ta table au Main Event des WSOP, même si ca n’a durée que +/- 4 petites heures 😀
    Surement à très bientôt autour d’une table Claire !

    Nico.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :