Good run à l’Irish Open ! (surtout le samedi soir en fait…)

A ce stade, le trèfle au dessus de ma tête, c’est pas quatre feuilles qu’il avait mais douze ! Oui, Mac O’Gandalf m’a bénie de ses propres mains ! J’ai run comme un gnome roux dans une fraiche colline couverte de rosée ! A moi les jetons qui coulent comme une Guiness dans le gosier d’un vicking ! J’ai run like Thoooooooor !!!

Le chateau de Dublin est vraiment l'illustration parfaite de mon stack tout au long du tournoi : imprenable, haut et invicible ! (en tout cas, si c'est pas arrivé, c'est que je l'ai rêvé très fort)

Non, je déconne.

En fait, c’est juste que j’avais envie de le dire et que ça m’a fait un bien fou à écrire. Mais pour être honnête, ces tournois (le Main Event, un side turbo et le Ladies que j’avais d’ailleurs remporté l’an passé) ont été une succession incroyable de bad beats et de set up pourris. Je n’ai d’ailleurs pas l’habitude de pester à la table mais là, peu avant le diner break du Main, et sous les yeux d’un Dan Harrington mi-compatissant mi-« mais elle va arrêter de râler la française ? », j’ai craqué.

Outre les poubelles qui s’enchainaient et tous les autres petits coups systématiquement looseux, je venais de perdre un cinquième coup sur une river qui m’assassine. Une fois avant, un joueur m’avait payée tout du long avec JJ sur K x x x (sans couleur/quinte) quand j’avais AK (J river, obv mais j’avais check call en protection quand même river ; pas folle la guêpe). Une autre fois, j’avais foldé face up un brelan de 4 floppé car la couleur était rentrée river et que le mec l’avait. Une autre fois, j’avais encore floppé TPTK contre un tirage quinte improbable qui rentrait à la river etc… Bref, j’étais déjà un peu… à fleur de peau.

"Qu'est ce qu'elle maman la Madame ? Pourquoi elle a l'air trooooop méchante... Ouiiiin" "Non mon chéri elle a pas l'air méchante, elle a juste l'air désespérée... Regarde, elle a un tas de jeton ridicule !"

Et là, après tout ça, un mec me fait une ventrale river quand j’ai top paire floppée (petite pensée pour Caroline, alors dealeuse à la table et donc témoin de cet instant magique). Ca a été la goutte d’eau. J’ai tilté ; mon cerveau est instantanément parti en vrille. J’ai eu l’œil gauche qui est parti à droite et l’oreille droite qui a squeezé à gauche. Insta-naseaux enfumés et regard écarquillé genre celui qu’aurait une folle concierge ahurie devant une colonie de Saturniens alcooliques dans son salon.

Et pourtant dieu sait si je sais me tenir à une table mais là, le fait d’être à l’étranger m’a probablement encouragée à pester à haute voix : j’ai donc pu râler comme un putois dans ma langue natale sans passer pour un monstre d’impolitesse. Ce qui a d’ailleurs bien fait marrer Youssef Benzerfa qui était assis à la table derrière moi.

Je ne me souviens évidemment plus du tout de ce que j’ai bien pu dire mais ça devait ressembler à une longue tirade sans trop de gros mots (je fais un peu gaffe quand même) sur le thème inépuisable du « Mais pourquoi moiiiiii ? Mais comment c’est possible ? Qu’est ce que j’ai fait dans une vie antérieure pour mériter çaaaaaa ?» Le tout avec le traditionnel « Mais comment tu peux payer tout du long ? (alors que c’est exactement ce que je voulais à la base) »…

Bref, je me lève donc peu après, histoire de prendre l’air, me passer de l’eau sur le visage et profiter un peu du grand soleil dans le jardin verdoyant derrière notre Palace. Non, je déconne encore (qu’est ce qu’on se poile hein !). 
Il fallait lire : je me lève donc dans la seconde pour profiter un peu de la pluie dans le parking entre les cendriers, les arbres morts et les poubelles de cet hotel pourri dans lequel j’avais même pas le wifi dans ma chambre.
Le tout en ayant une pensée émue pour Fab et d’autres amis qui se rôtissaient sous le soleil de Monaco… (La Team Pro 888 s’était réunie à Dublin avec plein de qualifiés ; d’où ma présence. Petite pensée d’ailleurs pour Leo en finale du ladies !!! Gooo !!!!)

Après ce petit break obligatoire, j’ai regagné ma table pleine d’enthousiasme forcé et de bonne volonté (Allez Claire sois pas pessimiste !), m’excusant brièvement auprès de mes adversaires « désolée, j’ai pas l’habitude de m’énerver mais là… vraiment… » Ils m’adressent des petits sourires, un boulet à ma droite y voit une merveilleuse façon de nouer un lien et commence à ne plus vouloir s’arrêter de me parler, un autre me regarde en espérant que je bust vite histoire de pouvoir enfin être peinard entre hommes. Ce que je fais d’ailleurs rapidement avec 99 contre AQ. Bref, une bonne journée. Après tout, c’est moi qui ait gagné le last longer avec Vaness’ et Youssef :)

Je ne vais pas ensuite vous raconter ce qui s’est passé dans le Ladies ou le 200 turbo en détail mais j’ai quand même envie de vous faire partager deux petites anecdotes sympas :

. Ladies : une nana assez short 3-bet à tapis avec 6-7s ; elle tombe sur les As chez une nana super tight et double sur un flop radical 5 8 9. La main d’après, genre celle JUSTE d’après, j’ouvre les as. La MEME nana me 3-bet à tapis avec 6-7s. Et elle touche double paire. Voilà voilà. Avec 6-7s (je veux bien que ce soit la meilleure main possible mais bon…), elle explose les as deux fois de suite. Dont les miens.

. 200 super-turbo : je viens de perdre la quasi-totalité de mon stack avec AQ sur AQT, normal (il avait KJ). Et comme Vanessa Hellebuyck et moi avons eu un parcours très similaire dans tous les tournois (étonnamment, nos stacks se suivaient tout le temps dans les profondeurs des bas-fonds sur des coups similaires « tiens, j’ai floppé brelan max, j’ai bust »), je vais voir où elle en est. J’arrive pile quand ma cops est à tapis avec JJ sur J 7 9 : ce qui s’annonce franchement plutôt pas mal. Sauf que le mec avait payé son 3-bet hors position et hors du coup dans les blinds avec 8-10o. Voilà, voila…

Du coup, on a été se boire un coca au bar et zou, au lit. Yeah.

Parce que bon, il faut aussi préciser que la veille nous ne nous étions pas privées de visiter la ville de Dublin comme il se doit : les ruines vicking et les histoires d’indépendance dans l’après-midi (en écolières modèles : « Ath bon, la première rébellion irlandaise a eu lieu en 1626 ? Fa-sci-nant ! ») et la tournée des pubs le soir. La vraie de vraie. Le pub crawl de la mort qui tue.

Temple Bar : un quartier plein de promesses !🙂

Le « Pub Crawl » est une discipline olympique qui comme son nom l’indique consiste à ramper d’un bar à un autre toute la nuit. Sauf que Vaness’ et moi sommes des Ladies et que nous gardons nos manières en toutes occasions, malgré notre intérêt prononcé pour la culture binouze du pays. C’est donc avec classe, dignité et élégance que nous avons découvert les samedis soirs à Dublin : mais quelle ambiance de dingo !

Déjà, la déco des bars ne connait qu’un seul impératif : être chaleureux et intimiste. Ensuite, les irlandais ont beau être un peuple d’ours bourrus, ils n’en restent pas moins des vickings super sympas et à la communication/sourire facile, hommes et femmes confondus. Ensuite, nous avons été vraiment épatées par l’importance de la musique live : plus de la moitié des bars/pubs/boite que nous avons visitées proposaient un concert avec des musicos super hi-level !

Un pour tous, tous pour la Guiness !

Bref, nous avons donc terminé la soirée fort tard en compagnie de Jamel Maistriaux qui lui aussi runne like God en ce moment (tiens bon amigo !) et en se disant que qu’importe le nombre de baffes qu’on pouvait se prendre en période de tournoi, finalement, on trouvait toujours le moyen de passer un moment mémorable une fois en dehors des tables ! Et que ça, c’était vraiment important.

La vie est trop courte pour la passer enfermer dans sa chambre sur l’ordi ou à une table de poker room ; nous avons la chance, en tant que joueur pro, de passer un temps énorme sur la route. Autant en profiter pour découvrir des choses que nous n’aurons plus jamais le temps de voir à nouveau non ? Surtout quand de toute façon, on n’a pas le choix parce qu’on a busté comme des merdes et qu’il ne nous reste plus que ça à faire, vi, ok, c’est vrai aussi :D

Sur ce, la prochaine étape c’est un side à San Remo (sais pas encore lequel). Et cette fois, même pas peur. Parce que tout le monde sait à quel point la bourgade italienne est une ville merveilleuse à visiter, surtout de part sa vie nocturne ultra-animée et son histoire fascinante. Non, c’est pas vrai ; si tu es éliminé, il ne te reste plus rien à faire ! En résumé, cette fois, je n’aurais pas le choix : je n’aurais pas le droit de bust !!!

(T’as entendu ça Mac O’Gandalf ? – dans le doute, vais quand même aller faire une offrande demain dans un ancien cimetière druidique, on sait jamais…)

PS : Et pour lire la version super poilante de Vaness’ sur son blog, cliquez ici !

11 Réponses to “Good run à l’Irish Open ! (surtout le samedi soir en fait…)”

  1. Raycatt Says:

    Trop cool !
    Longtemps que je ne m’étais plus marré autant sur des articles narrant des défaites…
    Vivement le reportage sur les nuits de San Remo…mais aprés un good run, cette fois…

  2. TiTi PoKEr Says:

    A ce stade, je ne vois plus que la bave de crapaud, ou la poudre d’escampette🙂

  3. nantais Says:

    tu m’a amusé au debut quand tu dis que tu n’a pas l’habitude de raler😉

    J’etais present lors de ta victoire l’année derniere, et on a eu le droit à un « p*t*** de bor*** de m**de en finale »…..justifié celà dit.

    J’en garde un bon souvenir

  4. nantais Says:

    oui exactemant claire, bonne memoire.

    on te dit de rester dans ton tournoi et derriere…….la win, ca c’est sur tu n’a pas du oublier !

  5. KKof Says:

    Finalement t’es comme Rincevent, t’es encore plus drôle quand tu perds lol
    Mais j’aime bien aussi quand tu win donc San Rémo est pour toi !

  6. Vanessa Hell Says:

    « Happy french girl » @Dan harrington himself !

  7. whistman89 Says:

    Excellent post, très drôle. Après l’offrande, ça ira mieux !!

  8. Rincevent Says:

    Encore un post excellent.
    Fais nous une petite victoire histoire de voir si ca influe ta narration :p

  9. mama913 Says:

    nice billet,
    vivement ta perf puisque quand tu marche bien ca tombe aussi pour bibi !

  10. Pok-G Says:

    Quel plaisir de te lire !!!😀 Very nice !
    San Remo c’est pour toi et je trinque ça ta santé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :