Cannes-taclysme sur la Riviera !

Il est midi moins deux, le soleil de Cannes brille entre deux nuages et mon mug de café est à moitié plein ; je suis en pleine forme pour attaquer la journée nationale de l’optimisme et de la bonne humeur ! Ce blog ne parlera donc pas des choses qui fâchent.

Ou si peu…

Bon, allez, parce que c’est vous et parce qu’une force obscure terrible me pousse à absolument vous raconter pourquoi ma semaine cannoise a été un échec total, je résume :

. Bracelet Event à 1000 euros : On a 3k au départ et j’ai perdu deux flips. Yeah.

. Sat à 1000 euros pour le Main : Après des heures à lutter avec des poubelles, je viens de doubler avec AK vs KQ. Et Barry Greenstein shove son stack avec A5 quand j’ouvre AQ de pique au bouton. Le flop m’offre deux piques + la river un 5 de cœur = je busterais pas trop longtemps plus tard en faisant un stop and go inspiré où il s’avère que je suis drawing dead au flop. Hahaha.

. Turbo à 400 euros : Après avoir fait un call épouvantable (celui avec AJ sur AAKTx où on connait la main de l’adversaire « T’as full hein ? » mais où on ne peut pas s’empêcher de vérifier quand même « Allez, bon appétit ! »), j’ai été punie en payant un tapis avec JJ contre KT. Le moment le plus drôle étant celui où deux mecs à la table me sortent pour me rassurer « J’avais un roi », « Ah oui, moi aussi ! ». Oui, peut-être mais y’en avait encore un au flop…

. Ladies à 500 euros : Dur dur de se ré-adapter au jeu des Ladies… On me demande souvent comment c’est ; je vais tenter de résumer. Par exemple, ça limpe/call avec quasi any-two et qu’importe la position. Du coup, nous sommes souvent 3 ou 4 dans un coup. Et si la fille donk, c’est généralement qu’elle a. Si elle just call, c’est pareil (et elle peut le faire avec un monstre). Bref, dans ces circonstances, avoir AK de pique sur un flop 678 rouge, c’est un insta-abandon. De même, voir un flop AKJ avec paire de 8, c’est méga-pourri aussi : hors de question de tenter un c-bet, même pas dans ses rêves. Il n’y a qu’une seule fois où j’ai floppé AJ8 avec AJ en main chez moi. Sauf que Karine avait QT pour la double gutshot et que pan à la river… Sur le coup, je n’ai d’ailleurs vu que LA gut shot, du coup j’ai un peu râlé. Surtout quand elle a sorti « ah ben oui, j’ai été la chercher  elle-là ! », j’ai cru que c’était une blague. Ce n’est qu’en rentrant chez moi que j’ai vu qu’elle avait la double. Mais ça ne change rien au fait que ce n’était vraiment pas mon jour… Bref, j’ai ensuite 3-bet une limpeuse avec AJ, j’ai été payée par QQ dans les blinds et l’as est venu au flop (« Wow ! Enfin un miracle ! »). Suivi de la dame, juste derrière (« Ah oui, je me disais aussi… »).

La théorie : "En voilà une belle de brochette de winneuses !" La pratique : "Comme on a toutes sauté avant l'argent, on va boire l'apéro sur la plage ?"

Voilà, c’en est terminé de mon compte-rendu dépressif, finis les whine-whine en tout genre, je vais mettre cet épisode cannois derrière moi et n’en garder que le bon. Parce que du bon, il y en a eu, et pas qu’un peu ! Voici un best of de quelques souvenirs sympathiques…

. Déjeuner les pieds dans l’eau à la Plage du festival. Je pensais que les restos de bord de plage étaient des pièges à touristes avec les menus plastifiés traduits en allemand/italien/chinois et jetés à la tête des clients pour les punir de venir polluer leur Côte d’Azur chérie avec leurs bus climatisés. Sauf que pas du tout.

Ces petits restos sont tous plus agréables les uns que les autres et la plage du Festival a le mérite d’offrir un décor paisible et chic où le service est chouchouteux comme il le faut et la burrata digne de ce nom. Le tout avec une vue délicieuse sur la plage et le sable encore chaud. Par contre, et malgré un side bet élevé avec Fab pour nous reward mutuellement d’aller se baigner, (« Ca compte jusqu’au cuisses ? » « Non, faut rentrer en entier, jusqu’au menton»), impossible de se motiver à tâter de l’eau à 20 degrés… On va attendre St Martin fin novembre, hein ! (brag brag)

C'est sûr qu'être au bord de l'eau en t-shirt mi-octobre, ça donne envie de venir plus souvent !

. Aller bosser tous les jours sur la Croisette dans une des salles chic’issimes du Majestic, et ce, évidemment pas avant midi. C’est drôle, ado, à la question « Qu’est ce que tu veux faire plus tard ? », je répondais « Tout. Sauf me lever tôt pour aller travailler dans un bureau moche entouré de cons ». Pari gagné. (enfin sauf pour les cons, y’en a toujours un ou deux qui trainent, obv, sauf qu’au poker, il y a toujours une probabilité élevée qu’ils finissent par buster à un moment ou à un autre !)

. Avoir un petit appart‘ pendant 15 jours et donc, une machine à laver (youpi, adieu le lavage des chaussettes dans le lavabo !), un frigo (youpi, adieu le room service et son burger à 38 euros !) et une machine à nespresso (youpi, adieu le concierge méprisant qui vous sort « Le petit-déjeuner ferme à 10h madââââme » « Mais on termine nos journées à 3h du matin ! » « Cela vous fera toujours 7h de sommeil madââââme. »)

. Profiter d’un temps extraordinaire avant de retourner à Londres. Je fais toutefois une petite parenthèse pour tordre le cou à certains vieux clichés : il pleut moins dans la capitale anglaise qu’à Paris (nombre de jours de pluie à Londres : 143  et à Paris : 171) D’ailleurs, j’adore vivre à Londres et ce, sur tous les points : culture, architecture, parcs royaux, restos, sorties, habitants… C’est juste une ville dynamique, majestueuse et toujours pleine de surprises dans laquelle j’ai toujours hâte de revenir !

. Boire des cafés ici et là avec les potes du circuit (et avoir le plaisir de découvrir d’autres personnes, spéciale dédicace à toute la troupe Jaqk🙂 ), papoter de tout, de rien et surtout, obv, de poker… J’ai d’ailleurs le souvenir d’un café avec Michel Lebgorin où il me racontait une de ses anecdotes, qu’il a par centaines. D’ailleurs, je vous en fais partager une, qualifiée par plusieurs joueurs comme « un des meilleurs coups de poker jamais joués ». Enjoy :

« Nous sommes en 1997 à l’ACF dans un des plus gros tournois de NLHE/PLO de l’époque et nous ne sommes plus que trois. Vient donc ce coup où le bouton limpe, je raise de SB à 3k avec une main de type 456T et seul Devilfish paie. Le flop vient 4 8 J sans couleur, genre pas terrible. Je c-bet pot quand même et Devilfish paie. Le turn est un 2 de cœur tout pourri et on check tous les deux. Et quand la river vient, le 8 qui double, j’envoie environ 15k avec toujours rien en main. C’est à ce moment là que Devilfish, à qui il reste environ 31k, pousse ses jetons. Ce qui est très important c’est qu’à cette époque, la rêgle voulait que les jetons ne soient engagés que s’ils franchissaient la ligne. Du coup, je dis rapidement « payé » juste avant que les jetons de Devilfish ne passent la ligne. Evidemment, ça refroidit direct Devilfish qui retire ses jetons dans la seconde. Je feins d’être outré et j’appelle le floor, Bruno Fitoussi, en râlant « Mais si, il a push ses jetons, il a fait le mouvement, il ne peut pas les retirer ! » et en sachant pertinamment que Fitoussi donnera raison à Devilfish : tant que ses jetons n’ont pas passé la ligne, ils ne sont pas engagés. C’est exactement ce qui se passe et Devilfish obtient le droit de retirer ses jetons : mon plan se déroule comme prévu. Sauf que voilà, après deux minutes de réflexion, le voilà qui les repousse au milieu à nouveau ! Avec ma pauvre paire de 4 (et celle de 8 au board), ma main est évidemment trop pourrie pour que je paie les 16k manquants. Je jette ma main en lui montrant et voilà qu’il me retourne… hauteur as ! Je reste bouche bée, incapable de parler, et lui demande de m’expliquer. « Je ne t’avais jamais vu faire une telle erreur avant. C’était louche ». Il m’a cloué. Ca me m’a pas empêché de gagner le tournoi quelques mains plus tard mais sur la coup, franchement, il m’a vraiment impressionné. Et tous les mecs autour de la table s’en souviennent encore maintenant ! »

Il est vrai que je trouve que cette main est un exemple très fort de ce que peut être le poker de ruse/contre-ruse de sioux à un haut niveau… Chapeau les gars (et merci Michel pour l’anecdote) !

. Faire la chouille au Bâioli, ZE place to be à Cannes et où j’avoue avoir été plutôt impressionnée par la déco (très classe et design), plutôt enthousiaste pour la musique, franchement éblouie quand ils ont mis, littéralement, le feu au bar et carrément hystéro quand ils ont enflammé Bob l’éponge avant de l’éteindre avec des extincteurs projetés sur la foule en délire ! Bref, une bonne soirée… (en même temps, quand c’est Ludo qui vous sort « C’est ze place to be », c’est que généralement, c’est vraiment ze place to be…)

Vegas revival !

. Faire la chouille-bis aux Marches pour l’anni de mes copines Hermance et Caro, avec plein de potes du milieu. Et voir Samuel Chartier me sortir mot pour mot « Claire, tu m’as impressionnée quand j’ai joué avec toi à la table au PPT. Vraiment. Et c’est rare que je dise ça ». Bon, certes, il avait 3 grammes dans le sang et ce qu’il voulait probablement dire c’était « Claire, tu m’as impressionné, pour une fille, tu joues vraiment bien » mais il n’empêche que dans les heures qui ont suivi, j’avais grandi de 10cm tant je me la pétais.

J’en ai profité aussi pour me réconcilier avec le fourbissime pro qui m’avait trahi au PPT (voir post plus bas) ; la vérité c’est que le mec n’est pas méchant, il a juste un réflexe bizarre qui le pousse à furieusement défendre des règles, même quand il les estime injustes. Bref, il pensait bien faire en appliquant la loi. Ce n’était donc pas Judas que j’avais à ma droite mais Judge Dread. Erreur de lecture de ma part🙂

. Se faire un resto provençal exquis, la Petite Maison de Nicole, avec pour voisins de table Fab, Bruno Fitoussi, Isabelle Mercier, Freddy Deeb, Tony G et Phil Hellmuth, se rendre compte qu’ils sont super sympas en dehors des tables (alors que les deux derniers sont absolument imbuvables derrière des jetons). Je retranscrits d’ailleurs une partie de la conversation entre Hellmuth et moi, car outre le brag que c’est (Genre « Ouais, on est super potes lui et moi », hahaha), ça me fait une super transition pour la suite de ce post :

– Fab m’a dit que tu avais écrit un scénario sur le poker, c’est vrai ?

– Oui, c’est une comédie avec pour toile de fond le poker. J’ai terminé la V1 mais il me reste à donner les tours de vis et remanier les dialogues, ce qui va me prendre le plus de temps

– Tu as mis peu de temps pour l’écrire, non ?

– C’est vrai que quand j’écris, faut que ça sorte. Vite. C’est donc 12h/jour devant mon ordi à écrire en non-stop. Parce que le scénario, je l’ai écrit avant, virtuellement. Donc quand il est prêt, il sort et là, faut pas m’interrompre.

– Ah ouais, c’est comme moi pour mon bouquin. Tous les matins, à peine sorti du lit, il fallait que j’écrive pendant des heures. Et à la fin d’une journée, j’en pouvais plus mais je ne pouvais pas faire autre chose tant qu’il n’était pas écrit. Par contre, quand la journée se termine…

– T’as les yeux qui louchent de l’intérieur !

– Oui, c’est exactement ça !

– Après des heures passées à écrire, je vois encore moins net que d’habitude. Fab rentre et il me trouve vautrée comme une moule sur le canapé, à parler en onomatopées.

– En fait, on est comme Hemingway. Lui aussi passait de longs mois sans écrire puis, quand c’était prêt, il se mettait à bosser en non-stop dès son réveil car il ne pouvait pas faire autrement.

– Ah ah ah !

Ok, je vous le concède, je frime un peu. Mais l’idée est là : il est important pour moi de faire autre chose que jouer et j’ai grande foi en ce nouveau script !

Parce que c’est bien beau de se prendre pour une star du poker mais mon bankroll, il commence sacrément à faire la gueule. En clair, je vais devoir changer de cour et revenir à la case départ : vive les tournois à 50, 100, voire 200 euros si je me sens en forme.

Et oui. Je reviens en mode début 2010 : tout est à refaire. On me dit souvent : « Mais Fab, il peut te stacker », ce à quoi je réponds que oui, il pourra parfois me stacker dans certains tournois mais qu’il n’est pas non plus un sponsor ou pire, une banque. Donc si le tournoi est vraiment beau, pourquoi pas, mais ce ne sera qu’un petit one shot ici ou là.

De même, on me dit aussi « Mais tu as passé une super année 2010 ! » Alors oui, j’ai en effet fait de jolis gains mais ce n’est pas pour autant que je veux les rejouer aux tables ! L’immense partie de ce que j’ai gagné est sur un compte en banque, au chaud, et je les chéris comme n’importe qui ayant enfin des économies après des années de galère…

En bref, tant que je n’aurais pas de sponsor, je vais tout reprendre à zéro. Ce qui implique faire des sats pour les sats et regarder les autres jouer en attendant de pouvoir participer à un Main Event à nouveau. C’est comme ça, je m’y attendais : au poker la bataille n’est jamais terminée mais jamais je ne rendrais les armes ! Je vais juste retourner d’où je viens : mon petit aquarium avec vue sur la mer… Mon blog n’aura jamais aussi bien porté son nom !😀

20 Réponses to “Cannes-taclysme sur la Riviera !”

  1. Embauchoir Says:

    Reste plus qu’à se mettre au Cash Game pour payer les tournois…

  2. thorgalxiii Says:

    vraiment sympa de te lire.

  3. KKof Says:

    Superbe article et GL pour ton grinde, je te souhaite de belle qualifs pour de beaux événements.

  4. kingyoann78 Says:

    Je suis intimement persuadé que tu ne restera pas longtemps dans ton bocal et que tu vas vite rejoindre de nouveau les eaux peuplées de squale GL pour la suite

  5. MIK.22 Says:

    Fan, comme d’hab ! Bonne fn de séjour à Cannes, bande de veinards (ou pas). Gros bisous. Mik.22

  6. stefal Says:

    Sensé, comme toujours.

  7. Murlock7 Says:

    c est bien on va te revoir aux tournois de blogueurs et ca me donnera une chance de te sortir ! 🙂

  8. LadyCats13 Says:

    Un régal ce post comme tjrs…
    Douée Claire, j’ai dit douée… mais ça tout le monde le sait déjà… alors qu’est-ce que vous attendez tous pour la SPONSORISER !!!!!!!!

  9. Rv Says:

    waow, nager jusqu’à menton ?
    pas mal, pas mal…

  10. Sophie Reungeot Says:

    Drôle et bien écrit as usual… Vivement le scénario !

  11. TiTi PöKeR Says:

    Comme quoi, même une blonde peut garder la tête sur les épaules. Très très bonne réflexion et prise de décision. Ne pas griller toutes ses cacahuètes🙂.

    Superbe article.

  12. betonline06 Says:

    Dommage que le blog ne rentre pas en ligne de compte des sponsors: tu serais sponsorisée à vie !!!
    Un jour tu pourras écrire un livre en reprenant les meilleures anecdotes et commentaires de ce blog.
    Continue et bonne chance.

  13. nicoco42 Says:

    j’adore ton blog, plein de sincérité et d’humour!
    la preuve que le poker n’est pas qu’un monde de baratineurs, frimeurs , mysogine et égocentrique!!! lol
    bonne chance pour la suite!

  14. Shmendric Says:

    Heya Claire, I wish I would understand all of your blog, but as I have already mentioned before in one of my comments, my French is way too bad to understand everything. Maybe you can blog in English every once in a while?! Cheers, Shmendric

  15. mrik59 Says:

    Toujours aussi bon…
    Question :
    Comment dit-on en Anglais : « T’as les yeux qui louchent de l’intérieur ! » ?🙂

  16. Lolita Says:

    Super ton compte-rendu, me suis bien éclatée à te lire,
    Vu le talent et la verve je pense que tu vas vite trouver le sponsor de tes rêves.

  17. alexandre Says:

    très agréable à lire…
    bonne continuation

  18. Benny Says:

    Bonjour Claire, une question me taraude depuis samedi : tu étais pas à La Villette samedi soir ? J’ai pas voulu aller demander pour pas déranger, mais je suis quasi-sûr que c’était bien toi🙂

    C’était bien la soirée en tout cas😉

  19. corsaire88 Says:

    encore un super post !
    merci à toi et je ne me fais pas de souci pour ton script… par contre, pourquoi ne pas d’abord en faire un livre ???

    tu vas prendre qui comme réalisateur… héhéhéhéhé
    ce serait bien de prendre quelqu’un que tu apprécies… ;-D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :